Ministry of Defence of the Russian Federation : En détail


07.11.2019 (10:00)

États-majors interministériels de coordination de la Fédération de Russie et de la Syrie ont nommé les principales raisons entravant l'évacuation des réfugiés de Rukban

DÉCLARATION CONJOINTE

des États-majors interministériels de coordination de la Fédération de Russie et de la Syrie sur les problèmes entravant la mise en œuvre de l'initiative pour l'évacuation des réfugiés
7 novembre 2019

Le gouvernement syrien, avec le soutien de la partie russe, poursuit ses efforts pour fournir une assistance complète aux citoyens syriens afin de les aider à retourner dans leur pays et à rétablir une vie paisible dans le pays.

Plus de 1 993 191 citoyens syriens sont rentrés chez eux, dont plus de 1 304 913 hommes ont été déplacés à l'intérieur du pays et plus de 688 278 personnes ont été des réfugiés de l'étranger.

Sur le territoire de la République arabe syrienne, 914 établissements d’enseignement et 212 établissements médicaux ont été restaurés, cinq ponts pour automobiles et 1 010 km de routes ont été réparés, 1 021,8 km de lignes électriques ont été installées; 180 installations d'approvisionnement en eau, 268 boulangeries, 746 postes électriques et 14 439 entreprises industrielles ont été mis en service.

Les indicateurs présentés sont une preuve incontestable de l'intérêt du gouvernement syrien à créer les conditions nécessaires au retour digne, sûr et volontaire de ses citoyens dans leur pays d'origine.

L’aspect le plus important des efforts du gouvernement syrien pour rétablir une vie paisible est le lancement d’un processus politique inclusif, rendu possible grâce au long et difficile travail diplomatique, mené dans le cadre du processus d’Astana.

Nous nous félicitons du début des travaux du Comité constitutionnel syrien sous les auspices de l'ONU à Genève.  Ses participants trouveront des compromis mutuellement acceptables. Pour que le processus politique se poursuive de manière positive, nous estimons qu’il est nécessaire de renforcer l’aide humanitaire fournie à tous les Syriens dans toutes les régions de la Syrie, ainsi que de fournir une assistance complète au retour des réfugiés et des personnes déplacées dans les lieux de résidence de leur choix.

Malgré la reconnaissance par toutes les organisations internationales autorisées de la conformité des conditions créées par le gouvernement syrien avec les normes humanitaires des Nations Unies, de nouveaux appels infondés ont été lancés pour que des inspections supplémentaires soient effectuées dans les abris pour les Syriens de retour.  Le gouvernement syrien continue de développer ces centres et de leur fournir tout le nécessaire. Les conditions dans eux continuent à améliorer.

Nous surveillons la situation au nord-est de la Syrie. En raison d'accords sans précédent entre la Russie et la Turquie, des patrouilles communes dans les zones frontalières ont commencé.  Il est extrêmement important que nous réussissions à empêcher les terroristes de s'échapper des lieux de détention.  La situation dans la région s'est stabilisée, la paix est en train de se rétablir et l'activité économique s'est intensifiée.

Cependant, tous les pays ne souhaitent pas contribuer au profit du peuple syrien.  Les États-Unis et leurs alliés poursuivent l’étranglement financier et économique du pays.

Pour cette raison, des sanctions ont été imposées aux secteurs clés de l'économie syrienne et il est difficile de fournir du carburant, des médicaments et du matériel médical, ainsi que du matériel pour la restauration des infrastructures de base.

Au sud de la Syrie, les États-Unis continuent de contrôler la zone de 55 kilomètres occupée illégalement autour d'Al-Tanf et d'empêcher la dissolution du camp de réfugiés de Rukban.

Ce n'est que grâce aux mesures prises par la Syrie et la Russie que la moitié de la population de Rukban a été sauvée, qui a été obligée de vivre dans des conditions inhumaines.
 Afin de résoudre finalement le problème du camp, les parties russe et syrienne ont fourni à l’ONU l’occasion de participer à la poursuite de l’initiative, visant à expulser les derniers habitants de Rukban.

Cependant, malgré le fait que les parties russe et syrienne soient pleinement disposées à mettre en œuvre la troisième phase du plan opérationnel des Nations Unies, qui prévoit l'évacuation des résidents du camp par grands groupes pouvant atteindre 2 500 personnes, le 29 septembre 2019, seuls 336 citoyens syriens ont pu quitter Rukban.

La principale raison de la perturbation réelle du plan des Nations Unies est le manquement de la partie américaine à s’acquitter de ses obligations. Contrairement à de nombreuses promesses américaines d'influencer les militants contrôlés, les chefs de groupes armés illégaux ont saboté l'alerte sur l'action prévue, ils ont limité la durée du convoi humanitaire, extorqué des fonds et menacé directement les familles souhaitant quitter le camp.

De plus, avec le soutien direct des troupes américaines, des représentants du Fonds norvégien pour les réfugiés, à la veille de l'opération de l'ONU à Rukban, ont organisé une campagne d'information visant à convaincre les habitants du camp de refuser de retourner dans un territoire contrôlé par le gouvernement syrien, en raison de la menace de poursuites pénales de la part des autorités syriennes.

À l'heure actuelle, en raison de la réticence des États-Unis à donner des garanties de sécurité dans le territoire occupé dans la région d'Al-Tanf, la mise en œuvre du plan des Nations Unies a été suspendue.  Dans le même temps, la partie américaine impose à nouveau un avis sur la nécessité de livrer régulièrement des fournitures humanitaires au camp Rukban.  En d’autres termes, tout découle de la volonté des États-Unis de fournir, au détriment de l’ONU, de la nourriture et des produits de première nécessité à des militants contrôlés.

À cet égard, la déclaration de James Jeffrey, représentant spécial du département d'État des États-Unis pour la Syrie, est particulièrement cynique. Dans une interview accordée aux médias américains en septembre à propos de son intention de procéder à des livraisons systématiques d'aide humanitaire au camp, afin de réduire les "souffrances" de ses civils, en dépit du fait qu'une partie importante de celles-ci avaient été livrées en septembre et octobre 2019. L'aide est une nouvelle fois tombée entre les mains de militants.

Nous soulignons pour la partie américaine que le fait de mettre davantage l'accent sur la fourniture d'une aide humanitaire aux résidents du camp au lieu de leur évacuation ne fait qu'aggraver la gravité de la situation des Syriens.  Nous pensons que le seul moyen de les sauver consiste à dissoudre définitivement le camp.

Une fois encore, l’attitude des dirigeants américains vis-à-vis du sort des syriens, le désir des américains de satisfaire leurs propres intérêts politiques sont indifférents, ce qui n’a rien à voir avec le rétablissement de la paix en Syrie. C'est la présence illégale des États-Unis et de leurs alliés sur le territoire d'un État souverain qui s'oppose au rétablissement du contrôle du gouvernement légitime sur l'ensemble du territoire du pays, constitue le principal facteur de déstabilisation sur la voie du renouveau de la Syrie.

Nous exhortons toute la communauté internationale à exercer des pressions sur les États-Unis, qui continuent de violer le droit international du fait de leur présence illégale en Syrie, et de les obliger à retirer leurs troupes de la République arabe syrienne souveraine.

Le Chef de l'état-major de la coordination interinstitutionnelle de la Fédération de Russie pour le retour des réfugiés sur le territoire de la République arabe syrienne – le chef du Centre national de contrôle de la défense de la Fédération de Russie

M.Misintsev

Le Chef de l'état-major de la coordination interinstitutionnelle de la Syrie pour le retour des réfugiés sur le territoire de la République arabe syrienne – le ministre de la gestion municipale et de l’écologie de la République arabe syrienne

H.Mahluf

Post cette histoire à LiveJournal Post cette histoire à twitter Post cette histoire à ВКонтакте Post cette histoire à FaceBook
© Ministry of Defence of the Russian Federation
ServerCode=node1