Plan du site Facebook Twitter Youtube Instagram VKontakte Odnoklassniki
Accueil  < Actualités  < En Russie  < En détail

21.10.2019 (12:00)

Ministre russe de la Défense a souligné le caractère déstabilisateur de l'initiative indo-pacifique des États-Unis

Le rétablissement de la capacité de défense de la Russie, la puissance croissante de la Chine et l'élargissement de la coopération militaro-technique entre les deux puissances ont provoqué le retrait unilatéral de Washington du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. Cela a été déclaré par le Ministre russe de la Défense, le général d'armée Serguei Choigou, lors de la réunion plénière du IX forum de Xiangshan, qui se tient les 21 et 22 octobre à Pékin.

"Nous sommes convaincus que la véritable raison qui a poussé Washington à se retirer unilatéralement du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire est le confinement de la République populaire de Chine et de la Fédération de Russie", a déclaré Sergei Shoigu. De plus il a ajouté que le traité a cessé d'être dans l'intérêt des États-Unis face à la montée en puissance militaire et économique de la Chine, au rétablissement du potentiel de défense de la Russie et à l'expansion de la coopération militaire et technico-militaire entre les deux États.

Dans le même temps, comme l'a noté Serguei Choigou, accusant la Russie de violations du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, "les États-Unis se sont préparés à l'avance pour sa destruction."

«Ils ont créé des drones d'attaque, ont utilisé des missiles balistiques de moyenne portée comme cibles, ont déployé des lanceurs MK-41 en Europe, initialement conçus pour lancer des missiles de croisière Tomahawk", a déclaré le Ministre russe de la défense. Selon lui, "dans le domaine de la maîtrise des armements, un système de sécurité à plusieurs niveaux est en train d'être détruit, ce qui assure depuis de nombreuses années une stabilité et un équilibre des forces".

«C’est le refus américain de ratifier le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires et son retrait unilatéral du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire", a déclaré le chef du département militaire russe.

Il est fort probable que les États-Unis déploient leurs armes de frappe interdites par le traité INF dans la région Asie-Pacifique afin d'y provoquer des tensions.  "Une telle décision mènera inévitablement à une course aux armements, à un potentiel de conflit accru et à un risque accru d'incidents", a déclaré Sergei Shoigu.

La Russie s'oppose à un tel scénario. "Nous sommes prêts pour un dialogue sur le maintien de la stabilité régionale, l'élaboration de mesures de renforcement de la confiance et l'interaction avec toutes les parties intéressées", a-t-il souligné.

Dans ce contexte, un certain nombre de dispositions de l’Initiative indo-pacifique promue par les États-Unis, qui, selon le chef du département militaire de la Fédération de Russie, ne couvrent pas tous les pays de la région et peuvent conduire à la formation "d'alliances d'intérêts", ce qui, à son tour, entraînerait un assouplissement du système de coopération multilatérale en vigueur dans la région Asie-Pacifique.

"L’implication des pays de la région dans l’Initiative indo-pacifique repousse non seulement les frontières géographiques de la coopération, mais les implique également dans des conflits régionaux avec lesquels ils n’ont aucune relation", a expliqué Sergei Shoigu.  Selon lui, le "partenariat" de l'initiative signifiera qu'un pays de la région Asie-Pacifique sera forcé de participer directement au règlement de tels conflits.  "En même temps, les conflits qui se déroulent hors de la région mais qui constituent un problème urgent pour les États de la région Asie-Pacifique, par exemple le retour de militants terroristes en Syrie, ne sont pas couverts par ce concept", a déclaré le Ministre russe de la Défense.

Selon lui, en Russie, ils étudient attentivement les initiatives de leurs collègues en matière de sécurité régionale, y compris dans la région Asie-Pacifique.  "La partie russe partage l’idée de former un partenariat libre et ouvert en Asie, une sécurité égale et indivisible pour tous les États.  Dans le même temps, nous avons des questions sur certaines dispositions de l'initiative proposée par les États-Unis", a-t-il conclu.

Ce Forum se tient en Chine depuis 2006.

Cette année, des chefs de départements militaires de 23 pays de la région Asie-Pacifique et de l'Europe y participent. Six autres États sont représentés par les chefs d’état-major et, sur 17 États, des Sous-ministres de la Défense sont arrivés au symposium.

Tags:
Activité internationale , Ministre de la Défense
1 2 3 4 5
-Not voted-
Estimer l’information sur cette page
Post cette histoire à LiveJournal Post cette histoire à twitter Post cette histoire à ВКонтакте Post cette histoire à FaceBook
ServerCode=node3 isCompatibilityMode=false