Plan du site Facebook Twitter Youtube Instagram VKontakte Odnoklassniki
Accueil  < Actualités  < En Russie  < En détail

10.06.2019 (14:10)

Réunion conjointe des quartiers généraux de coordination de la Russie et de la Syrie pour le retour des réfugiés sur le territoire syrien s'est tenue à Moscou

Nous organisons une réunion conjointe des comités de coordination russe et syrien pour le retour des réfugiés.

Tout d’abord, je voudrais exprimer notre grande gratitude à nos amis russes pour leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme et pour le soutien apporté à l’État syrien dans le rétablissement de la stabilité, la sécurité et l’instauration d’un pouvoir étatique dans la plus grande partie du pays, ainsi que pour leur participation à l’accélération du retour des réfugiés et personnes déplacées dans leurs foyers.

En étroite coopération avec des représentants des quartiers généraux de coordination de la Russie et de la Syrie, les travaux se poursuivent dans le cadre du processus de mise en œuvre de l'initiative visant à renvoyer les Syriens dans leur pays d'origine.

Depuis le 1 janvier, plus de 202 000 citoyens syriens sont retournés dans leurs foyers, dont plus de 30 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays et plus de 171 000 réfugiés de l'étranger.

Le volume de travail sur la restauration des infrastructures et des équipements sociaux en Syrie augmente. Depuis le 1 janvier 2019, 649 bâtiments résidentiels, 33 établissements médicaux, 47 établissements d'enseignement, 34 installations d'approvisionnement en eau et 46 boulangeries ont été réparés et mis en service dans diverses régions du pays.

Malgré les sanctions économiques imposées par les États-Unis et leurs alliés au peuple syrien, le rythme de la restauration d'une vie paisible dans le pays n'est pas réduit.

Une grande attention est accordée à attirer les investissements. Le gouvernement syrien a simplifié les procédures de coordination des projets de développement et de modernisation des infrastructures immobilières et touristiques, ce qui contribuera sans aucun doute à la relance de l'économie du pays.

De nombreux travaux préparatoires sont en cours pour la 61ère Foire internationale de Damas, qui se tiendra du 26 août au 6 septembre 2019. Vingt-quatre pays ont déjà confirmé leur participation à cet événement très important pour le pays. .

Conscient de l'importance d'éviter une forte hausse des prix des biens de consommation et de la protection des consommateurs, le gouvernement travail constamment à réglementer les prix des denrées alimentaires de base et des produits de première nécessité.

Afin de maintenir des conditions propices au retour des réfugiés et des personnes déplacées dans leurs lieux de résidence avant la guerre, le gouvernement met en œuvre des mesures globales pour créer de nouveaux emplois pour les citoyens syriens.

Des efforts constants sont déployés pour stimuler le retour des réfugiés syriens de l’étranger et pour simplifier la procédure permettant leur passage aux points de contrôle frontaliers.

Le gouvernement syrien continue d'accorder l'amnistie aux personnes qui se sont dérobées à une obligation militaire, y compris aux réfugiés et aux anciens membres des groupes armés illégaux. Au 10 juin 2019, 58036 personnes avaient été amnistiées.

Nous espérons que les mesures prises par les dirigeants syriens pour rétablir la paix dans le pays donneront une augmentation significative du nombre de citoyens syriens qui souhaitent retourner dans leur pays d'origine.

Malheureusement, l'instauration d'une vie paisible en Syrie a encore de graves difficultés.

Les États-Unis et leurs alliés occidentaux, au lieu d'une aide réelle au peuple syrien, utilisent les problèmes humanitaires pour attaquer la Syrie, déforment l'image du pouvoir de l'État et de l'opinion publique.

Nous attirons l'attention de la communauté internationale et des organisations humanitaires internationales sur le fait que la présence de toute force armée étrangère sur le territoire syrien sans le consentement des autorités syriennes constitue une agression et une occupation.

Le problème du camp al-Rukban dans la zone Al-Tanf, où, selon les Nations Unies, la situation ne va que se détériorer avec la hausse des températures moyennes quotidiennes et les pénuries alimentaires, reste extrêmement aigu.

Grâce aux efforts constants du gouvernement syrien, grâce à une coopération étroite et fructueuse avec des amis russes, plus de 13 500 de nos citoyens, qui étaient détenus de force dans le camp al-Rukban, ont été libérés. Ils ont été transportés dans des centres de hébergement temporaires dans les provinces Homs et Reef-Damas, où ils ont reçu l’assistance humanitaire et médicale nécessaire, et les enfants ont été vaccinés. La durée moyenne de séjour dans ces centres n’est que de 24 heures environ, après quoi ils ont la possibilité de se rendre au lieu de leur choix.

Les représentants du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, à la suite de leurs visites dans ces centres, ont confirmé leur conformité aux normes internationales et salué les efforts déployés par les autorités syriennes pour préparer les lieux d'accueil des réfugiés.

Toutefois, dans le camp lui-même, les conditions intolérables contiennent encore environ 29 000 "prisonniers", dont la plupart sont des femmes et des enfants. La position non constructive des États-Unis, qui empêche le retrait des réfugiés sous divers prétextes, empêche toujours le règlement rapide du problème d'al-Rukban.

On s'inquiète particulièrement de la situation sur la rive est de l'Euphrate Le contingent américain continue à rester illégalement dans cette partie de la Syrie, en dépit de la défaite annoncée du groupe terroriste "État islamique", qui est censée être l'objectif de la présence des États-Unis en Syrie.

Avec leur totale inaction et connivence, une situation encore plus difficile s'est développée dans le camp de réfugiés El Houl dans la province Hasseke, dans lequel plus de 73 000 personnes se sont retrouvées dans des conditions difficiles.

On a appelé l'attention sur les évaluations du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU concernant la situation dans le camp. Nous pensons que les conclusions reposent sur des informations peu fiables. La situation à El Houl est proche d'une crise humanitaire. Le camp est une prison grandissante où le crime et la violence s’épanouissent.

Nous sommes convaincus que la solution la plus efficace au problème des réfugiés d'alRukban et El-Houl serait la cessation immédiate de l'occupation illégale du territoire syrien par les troupes américaines, qui soutiennent des groupes armés illégaux et entravent le rétablissement de la vie paisible en Syrie.

Chers camarades! On va passer aux rapports. Je demande au Dr. Faisal Mekdad, ministre adjoint des affaires étrangères et des migrants de la République arabe syrienne, d'informer le corps diplomatique syrien des résultats de l'initiative de retour des réfugiés syriens dans leur pays d'origine.

Rapport du Dr. Faisal Mekdad.

Je voudrais tout d’abord remercier le chef du quartier général de la coordination interministériel et ses membres, et en particulier les représentants de la Fédération de Russie, pour leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme et le rétablissement de la sécurité et de la paix en Syrie, ainsi que pour la création de conditions favorables au retour des réfugiés dans leurs foyers.

À cet égard, je voudrais dire que le gouvernement syrien utilise tous les moyens possibles pour réduire les souffrances des réfugiés et des personnes déplacées dans leur propre pays et simplifier les procédures pour leur retour rapide. Pour atteindre cet objectif, les dirigeants syriens ont donné toutes les instructions nécessaires pour organiser deux convois humanitaires en coopération avec les Nations Unies et le Croissant-Rouge arabe syrien dans le camp al-Rukban au cours de la période écoulée. En outre, nous avons tenu des négociations importantes avec l'ONU et organisé plusieurs réunions conjointes pour mettre fin aux souffrances des résidents du camp et assurer leur retour en toute sécurité dans leurs lieux d'avant la guerre.

Le gouvernement syrien est convaincu que la solution finale et correcte au problème du camp al-Rukban réside dans la cessation de son travail et dans l'organisation du retour rapide de la population du camp dans leurs villes et villages qu'ils ont été forcés de quitter en raison des actes terroristes. Cependant, comme on le sait, nous sommes constamment confrontés à la position dure de la partie américaine, qui refuse d’arrêter les tourments des habitants du camp al-Rukban et qui fait des demandes impossibles. Les résidents du camp ont été constamment intimidés, utilisant leur retour pour leurs ambitions politiques, tenant la population du camp en otage pour saper l'image du gouvernement syrien. Les États-Unis sont clairement une force d'occupation qui a saisi le territoire de la Syrie où se trouve le camp al-Rukban et, comme vous le savez, le droit international humanitaire oblige cette force à fournir l'assistance humanitaire nécessaire aux civils du camp.

L'interaction et la coopération avec nos amis ont démontré son efficacité dans la réalisation d'activités visant à fournir une assistance humanitaire au plus haut niveau. À ce jour, grâce aux efforts du Croissant-Rouge arabe syrien et du Comité suprême pour la fourniture d’une aide humanitaire à la Syrie, nous avons pu assurer le retour de plus d’un tiers de la population du camp dans leurs foyers dans les provinces Homs, Reef-Damas, etc.

Il est à noter que ce processus n'a été mené qu'aux dépens des efforts russes et syriens, sans la participation du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés ou de tout autre organisme des Nations Unies. Il faut noter que nous avons été autorisés par les représentants de l'ONU à visiter des centres de hébergement temporaire organisés pour les réfugiés d'al-Rukban. Le niveau des services fournis par le gouvernement dans ces centres aux réfugiés a été hautement apprécié par les représentants des Nations Unies, en particulier ceux du Bureau de la coordination des affaires humanitaires.

Il convient également de noter que la question du retour des réfugiés et des personnes déplacées dans leur propre pays a été et reste l’objet de manœuvres politiques et de chantage des pays occidentaux ou des soi-disant pays donateurs, qui seraient préoccupés par le retour rapide des réfugiés dans leurs villes et villages. Cependant, lorsque ce processus est devenu une réalité, ces pays ont commencé à diffuser une propagande intimidante auprès des réfugiés afin de semer parmi eux la peur de retourner dans leur pays. La déclaration adoptée lors de la récente conférence des donateurs à Bruxelles a établi un certain nombre de conditions politiques irréalisables pour le retour des réfugiés, ce que la Syrie n'a pas accepté et n'acceptera jamais. Selon cette déclaration, la plupart des fonds ont été alloués à la fourniture d'une assistance financière aux réfugiés des pays voisins et d'autres pays d'accueil des réfugiés syriens, ce qui, à notre avis, constitue un obstacle au retour de nos citoyens dans leur pays.

En conclusion, je voudrais réitérer que le gouvernement syrien se déclare prêt à utiliser toutes les possibilités disponibles pour créer toutes les conditions nécessaires au retour de la partie restante de la population du camp al-Rukban dans leurs villes et villages, à savoir: organiser leur transport, équiper les centres de hébergement temporaire, travailler avec les organisations internationales pour fournir aux centres de hébergement temporaire de la nourriture, des médicaments, des produits d'hygiène personnelle et d'autres nécessités. De plus, nous sommes prêts à aider ceux qui ont besoin d’obtenir des documents personnels. Le ministère des affaires étrangères et des migrants coopère de manière constante avec les autres ministères et départements pour atteindre leurs objectifs.

Rapport de M. H. Mahluf.

Je demande au chef du quartier général de coordination interministériel de la Russie - le chef du Centre national de direction de la défense de la Fédération de Russie, colonel-général Mikhail Mizintsev d’informer sur les activités principales du quartier de la coordination interministériel de la Russie pour aider au retour des réfugiés syriens dans leurs foyers et rétablir la vie paisible en Syrie.

Rapport du colonel-général M. Mintintsev.

Le quartier général de coordination interministériel de la Russie, chargé de mettre en œuvre l’initiative visant à renvoyer les citoyens syriens dans leur pays et à aider le gouvernement syrien à créer des conditions de vie décentes dans la république, continue de mener activement des activités de grande envergure sur tous les sites internationaux, notamment à New York, Washington, Genève et Amman.

En outre, les problèmes de restauration de la vie civile en Syrie, ainsi que la situation critique émergente dans les territoires sous le contrôle des États-Unis et de leurs alliés dans les camps de réfugiés al-Rukban et El Houl, sont constamment portés à l'attention de la communauté mondiale. La publication de données objectives sur le site du Ministère russe de la Défense se poursuivra.

Les problèmes de préoccupation les plus urgents à ce sujet ont été examinés à la VIIe Conférence de Moscou sur la sécurité internationale, ainsi qu'à la 12e Réunion internationale sur la Syrie à Noursoultan.

À la suite de cette activité, de plus en plus de pays et d’organisations internationales se joignent au processus de revitalisation de la Syrie, apportant leur contribution concrète au rétablissement du pays après la dévastation et au retour des réfugiés dans leurs foyers.

Nous notons l’interaction de plus en plus active des représentants du Comité international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge arabe syrien avec les autorités syriennes et le Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes et le contrôle du déplacement des réfugiés pour résoudre les problèmes humanitaires sur le territoire contrôlé par le gouvernement syrien légitime. Une assistance est également fournie par l'intermédiaire des structures spécialisées des Nations Unies et de leurs partenaires, parmi des organisations non gouvernementales étrangères et locales.

La collaboration des dirigeants syriens avec les autorités libanaises et jordaniennes donne des résultats positifs constants dans le retour des citoyens dans le pays.

Grâce aux efforts coordonnés déployés à ce jour, plus de 256 000 citoyens de la République arabe syrienne sont rentrés dans leur pays d'origine aux points de contrôle situés aux frontières jordano-syrienne et libano-syrienne. Récemment, le flux de rapatriés a augmenté et atteint déjà environ 2 000 personnes par jour.

L'éventail des problèmes auxquels le gouvernement syrien est confronté quotidiennement est extrêmement vaste.

Dans ces conditions, la position choisie par les États-Unis et leurs alliés, aggravant la situation déjà difficile du pays de l'après-guerre, laisse perplexe. Les conditions politiques définies par eux pour l'expansion de l'aide humanitaire, ainsi que les sanctions anti-syriennes imposées, entravent l'instauration d'une vie paisible dans la république.

La campagne visant à discréditer l'autorité légitime en Syrie, menée par les dirigeants des États-Unis et de leurs alliés, ne contribue pas à la normalisation de la situation dans le pays. Je partage l’avis des collègues de la République arabe syrienne sur le rôle des organisations non gouvernementales dans l’intimidation des réfugiés.

Dans les zones contrôlées par les États-Unis d'Amérique, toutes les normes fondamentales du droit international sont violées. La situation dans les camps de réfugiés al-Rukban et El Houl est jugée critique. Créant artificiellement des conditions inhumaines dans des camps de réfugiés dans les territoires de Syrie occupés illégalement, les États-Unis d'Amérique créent une base pour le retour d'organisations terroristes afin de maintenir l'instabilité dans le pays et la région.

Les conditions de vie insupportables dans ces "camps de concentration" créés par les États-Unis pour justifier leur présence en Syrie peuvent être jugés par l'état physique et moral des citoyens syriens qui ont réussi à quitter le al-Rukban.

Nous attirons l'attention de la communauté internationale sur le fait que la poursuite de la rétention des territoires syriens, des camps de réfugiés al-Rukban et El Houl par les États-Unis et leurs alliés retarde la fin du conflit en Syrie, aggrave la situation criminogène et retarde le retour des Syriens chez eux.

La décision des réfugiés de s'abstenir de se rendre dans leur pays d'origine est fortement influencée par la situation économique difficile dans laquelle se trouve le pays, principalement en raison de l'introduction de nouvelles sanctions contre la République arabe syrienne. Le blocage de l’approvisionnement en produits pétroliers a déclenché une crise des carburants, qui a entraîné une hausse des prix des biens et des services.

Des mesures décisives sont nécessaires pour réduire la pression des sanctions sur le gouvernement syrien et pour revitaliser la reprise économique du pays.

Rapport de M. H. Mahluf.

Merci beaucoup pour ce rapport informatif!

Nous poursuivons la réunion. Je donne la parole au représentant du Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Igor Tsarikov qui informera des résultats des réunions des représentants de la Fédération de Russie tenues en mai 2019 avec des représentants de pays étrangers sur les problèmes généraux du retour des réfugiés syriens.

Rapport du représentant du Ministère russe des Affaires étrangères Igor Tsarikov.

Le Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie poursuit les travaux systématiques et pénibles sur le règlement syrien. Les représentants russes utilisent activement tous les instruments internationaux disponibles afin de résoudre la crise syrienne sur la base des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

La Fédération de Russie reste fermement attachée à la souveraineté, à l'indépendance, à l'unité et à l'intégrité territoriale de la République arabe syrienne ainsi qu'aux objectifs et aux principes de la Charte des Nations Unies. Ces principes sont soumis à une adhésion universelle et ne doivent pas être compromis. Nous sommes convaincus que le conflit syrien n'a pas de solution militaire et réaffirmons notre volonté d'aider à faire avancer le processus politique mené et mis en œuvre par les Syriens eux-mêmes avec l'aide de l'ONU, conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies et aux décisions du Congrès du dialogue national syrien à Sotchi.

Sur la voie politique dans le format d'Astana, en coopération avec les parties syriennes et en coordination avec l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la Syrie, G. Pedersen, qui entretient un dialogue régulier avec Damas et l’opposition, nous continuons d’intensifier les efforts en vue du lancement rapide et du fonctionnement durable du Comité constitutionnel. Cette interaction constructive instille un certain optimisme.

Les efforts de la Russie restent au centre du problème du retour de la Syrie dans la "famille arabe". Nous pensons que la normalisation en Syrie et autour de la Syrie contribuera non seulement au rétablissement de l'harmonie interarabe, mais également à l'amélioration de la situation régionale, au renforcement de la stabilité et de la sécurité dans l'ensemble du Moyen-Orient. Nous sommes confiants que la récente décision des pays garants du format d'Astana d’inviter l’Iraq et le Liban à s’associer à ce mécanisme en tant qu’observateurs contribuera notamment à la promotion de la normalisation des relations entre la Syrie et le monde arabe et au rétablissement de l'adhésion de la Syrie à la Ligue des États arabes. À cet égard, nous notons l’établissement progressif des relations entre la Syrie et le monde extérieur, rompues pendant les années de conflit. Ainsi, l'entreprise de navigation aérienne de Dubaï "Emirates" a annoncé sa volonté de reprendre ses vols à Damas. À son tour, la compagnie aérienne syrienne privée "Cham Wings" a annoncé le lancement de la navigation aérienne régulière sur la route Damas-Mascate-Damas.

La Russie reste un partisan convaincu de la nécessité de continuer à fournir une assistance humanitaire à tous les Syriens en Syrie sans conditions préalables. Une fois encore, nous exhortons la communauté internationale, en particulier les Nations unies et ses agences humanitaires, à accroître l'assistance à la Syrie conformément au droit international humanitaire, notamment en constituant des fournitures humanitaires et en mettant en œuvre des projets de relèvement rapide, notamment des infrastructures de base - eau et électricité, écoles, les hôpitaux. Nous soulignons la nécessité de créer les conditions et de faciliter le retour sûr et volontaire des réfugiés et des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays dans leurs lieux de résidence en Syrie, en leur garantissant le droit de retourner chez eux.

Le sort des populations des camps al-Rukban et El Houl situés dans des territoires non contrôlés par les autorités syriennes, où la situation humanitaire difficile persiste, est particulièrement préoccupant. Nous espérons que bientôt le retrait actif des réfugiés d'al-Rukban sur les territoires contrôlés par le gouvernement syrien reprendrait. Nous exprimons l’espoir que les camps mentionnés seront bientôt fermés et que leurs habitants pourront rentrer chez eux.

Rapport de M. H. Mahluf.

Merci pour le rapport. Nous apprécions les efforts déployés par le corps diplomatique russe pour résoudre les problèmes des camps de réfugiés.

Je demande au Chef du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérante et le contrôle du déplacement des réfugiés, général de brigade Victor Kouptchichine de nous informer sur l'état d'avancement de la mise en œuvre des plans visant à retirer les réfugiés de la zone occupée d'Al-Tanf, ainsi que de l'exécution des tâches données.

Rapport de M. Kouptchichine.

Les points de contrôle des réfugiés ont continué de fonctionner normalement.

Depuis le début du mois de mai, 14 539 réfugiés sont revenus du Liban par les points de contrôle Jadeet-Yabus et Tell-Kalah, de la Jordanie par le point de contrôle Nasib - 34 436 personnes.

Plus de 6 300 citoyens syriens ont retourné aux lieus de résidence, dont:

dans la Ghouta orientale - 288 personnes;

par le point de contrôle "al-Salhiyah" - 84 personnes;

par le point de contrôle "Jleb" (province Homs) - 5 949 personnes.

Afin de résoudre le problème du retrait des réfugiés du camp al-Rukban, le Centre de réconciliation russe a planifié et mené plus d'une centaine d'événements différents.

Au 10 juin de cette année, 13 539 réfugiés avaient quitté le camp al-Rukban, dont 2 842 hommes, 3 817 femmes et 6 880 enfants.

Ces dernières semaines, le nombre de personnes quittant le camp a diminué. Les raisons principales sont le manque de possibilités pour les résidents du camp de payer le carburant pour se rendre au point de contrôle Jleb par la zone Al-Tanf de 55 kilomètres en raison de la crise pétrolière progressive, et payer de grosses sommes d’argent aux militants sous le contrôle de la partie américaine, qui atteint maintenant 1 000 dollars par personne.

Pour le retrait des personnes déplacées de la zone de désescalade d'Idlib, un autre point de contrôle "Souran" est déployé et fonctionne à partir de 9h00 le 27 mai 2019. La capacité du point est jusqu'à 1000 personnes et 50 voitures par jour. À ce jour, le retrait des réfugiés par ce point de  contrôle n’a pas été réalisé.

On prévoit que 40 000 à 80 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays seront prêtes à quitter la zone de désescalade. Déjà aujourd'hui, dans les provinces Hama, Homs et Deir ez-Zor, le nombre nécessaire de places a été préparé pour eux dans les zones d'hébergement temporaire.

Depuis début mai, la partie russe a organisé et mené 29 actions humanitaires dans 17 localités, au cours desquelles environ 50 tonnes d’aide humanitaire et plus de 10 tonnes d’objets de bienfaisance ont été émises.

Pendant cette période, une assistance médicale a été fournie à 221 résidents.

Au total, les médecins militaires russes ont fourni des soins médicaux à plus de 105 206 résidents du pays.

Il n'y a pas de questions problématiques.

Rapport de M. H. Mahluf.

Merci pour le rapport. Je vous remercie personnellement et vos subordonnés pour cette collaboration fructueuse.

Je demande au gouverneur de la province Homs de faire le rapport sur des résultats de l'intégration dans la vie pacifique des réfugiés qui sont rentrés du camp al-Rukban.

Rapport du gouverneur de la province Homs. T. Al-Barazi.

L’administration de la province Homs depuis le début de la libération de sa région par les héros de l’armée arabe syrienne participe activement au programme du gouvernement syrien visant à renvoyer tous les habitants dans leurs villages et leurs villes que les Syriens ont dû quitter. Toutes les mesures appropriées sont prises pour assurer les conditions nécessaires à leur retour en toute sécurité.

À ce jour, les autorités provinciales ont rencontré 17 930 de nos citoyens et mettent en œuvre un ensemble de mesures dans les domaines de la santé, de l’éducation, du bien-être social des réfugiés, des mesures de restauration des infrastructures et des infrastructures socialement importantes.

À l’heure actuelle, l’approvisionnement en eau et en électricité a été rétabli dans la plupart des villes.

Dans le cadre de la restauration des installations et infrastructures sociales, les efforts principaux sont concentrés sur la reconstruction des écoles. Sur ce nombre, 1 289 fonctionnent pleinement aujourd'hui, le nombre d'étudiants a atteint 365 000.

La reconstruction de 44 écoles supplémentaires, de 24 centres médicaux, de 5 boulangeries et de 4 590 logements est en cours.

La tâche la plus importante des gouvernements locaux était de fournir à tous nécessaires des Syriens venant d'al-Rukban. Au 10 juin de cette année, les autorités provinciales avaient accepté 13 411 anciens prisonniers de ce camp, dont 3 456 hommes, 3 909 femmes et 6 046 enfants.

À l’heure actuelle, 12 789 réfugiés ont reçu de nouveaux documents d’identité de manière simplifiée et sont rentrés dans leur lieu de résidence.

La majorité des citoyens qui ont quitté le camp al-Rukban sont des résidents des villages. Ils ont obtenu des emplois dans le secteur de la culture de céréales, de légumes et de bétail. Dans les villages, la production de lait, de produits laitiers, de viande et de laine a été restaurée.

Le Ministère de l'éducation a donné à tous les enfants d'âge scolaire la possibilité de poursuivre leurs études. Au cours de la nouvelle année scolaire, 2417 garçons et 2189 filles continueront de recevoir une éducation. Pour les enfants qui ont manqué une grande partie du programme scolaire, des cours seront organisés en été.

Le gouvernement provincial fait tout son possible pour que les familles oublient au plus vite toutes les horreurs subies dans le camp al-Rukban.

Selon les instructions du gouvernement du pays, l'administration de la province Homs continue de faire les préparatifs nécessaires pour accueillir tous les citoyens souhaitant rentrer chez eux et est prête à fournir l'assistance et le soutien nécessaires.

Rapport de M. H. Mahluf.

Merci pour votre rapport informatif. Je vous souhaite de réussir dans la résolution de la tâche la plus importante qui consiste à assurer une vie décente aux citoyens syriens.

Il est nécessaire de poursuivre les travaux actifs et coordonnés sur le retour rapide des citoyens syriens et la relance du pays. Je voudrais remercier nos amis militaires russes pour leur soutien et leur aide précieuse pour rétablir la vie civile en Syrie et ramener les réfugiés syriens dans leur pays.

Tags:
Activité internationale
1 2 3 4 5
-Not voted-
Estimer l’information sur cette page
Post cette histoire à LiveJournal Post cette histoire à twitter Post cette histoire à ВКонтакте Post cette histoire à FaceBook
ServerCode=node1 isCompatibilityMode=false