Plan du site Facebook Twitter Youtube Instagram VKontakte Odnoklassniki
Accueil  < Actualités  < En Russie  < En détail

07.11.2017 (13:22)

Allocution du Chef d'État-major général des Forces armées de la Fédération de Russie – Premier Sous-ministre de la Défense de la Fédération de Russie, général d'armée Valéri Guérassimov

Toutes les activités de construction et de développement des Forces armées, menées au cours des cinq dernières années, visaient principalement à augmenter la puissance de combat de l'Armée et de la Marine.

Les principaux efforts ont été visés au maintien d’un niveau élevé de la préparation des forces nucléaires stratégiques et des forces non nucléaires, la mise en place d'un système de la défense aérospatiale et l'amélioration du système de gestion.

 Le développement des forces polyvalentes, la création des groupes stratégiques autonomes sont aussi les priorités.

En même temps, on a fait attention au rééquipement des troupes (forces) avec des systèmes et des complexes modernes.

Plus de 300 nouveaux modèles d'armes et de matériel militaire ont été adoptés. Ces modèles déterminent l'apparence actuelle des Forces armées russes.

On a créé et modernisé les nouveaux systèmes des missiles pour les forces nucléaires stratégiques. Ces systèmes ont été acceptés.

Les forces de missiles stratégiques ont reçu plus de 80 missiles balistiques intercontinentaux. 12 régiments de missiles ont reçu les systèmes de missiles de la nouvelle génération « Yars ». La capacité à surmonter le système de défense antimissile a augmenté de 30%.

Actuellement, on élabore des complexes potentiels, notamment un missile balistique intercontinental « lourd ». Leurs caractéristiques techniques permettront d'utiliser des équipements de combat plus performants.

 Des sous-marins stratégiques de la nouvelle génération « Borey » ont été livrées aux forces stratégiques navales. Des 102 missiles balistiques ont été fournis pour leur équipement.

Cinq croiseurs sous-marins « Borey-A » sont en construction. On a commencé à construire le dernier navire de cette série « Knyaz Pojarski » en décembre l'année dernière. La création d'un croiseur sous-marin atomique avec des caractéristiques améliorées « Borey B » a été également commencée.

On effectue la modernisation des porte-missiles stratégiques Tu-160M et Tu-95MS selon le plan.

Ils sont équipés de moteurs plus puissants. L’équipement radioélectronique du bord est transféré à la base de l'élément domestique, le spectre des armes utilisées est élargi. La restauration de la production aéronautique Tu-160M a été organisée. Le développement d'un complexe aéronautique à longue distance pour l'aviation de longue portée a commencé.

En conséquence, le nombre d'avions, qui sont capables d'utiliser de nouveaux missiles de croisière, a augmenté plus de 11 fois. La part des porte-missiles stratégiques modernes a augmenté et maintenant elle représente 75.7 %.

En général, les capacités de combat des forces nucléaires stratégiques de l'aviation ont augmenté de 1,6 fois.

Aujourd'hui, les forces nucléaires stratégiques sont capables de garantir des dommages inacceptables à tout agresseur, y compris ceux qui possèdent la défense antimissile. Dans le même temps, les bases de la croissance de leurs capacités de combat correspondent aux traités internationaux dans le domaine du contrôle des armements.

Des forces de dissuasion non nucléaires se développent. Pendant 5 ans, des Forces armées ont reçu des armes à longue portée de haute précision. Les livraisons des systèmes de missiles opérationnels et tactiques « Iskander-M », des sous-marins et des navires de surface équipés du système de missiles « Caliber » ont été fournis. On effectue la modernisation de l'aviation à longue portée pour utiliser du nouveau missile de croisière X-101.

 Des organes de contrôle et des unités spéciales ont été formés. Ces organes préparent des missions de vol pour les missiles de croisière de tout type de base. Les systèmes logiciels et matériels pour la planification, le support d'informations et la préparation des données d'utilisation au combat ont été acceptés.

Le potentiel des armes de haute précision a permis au groupe de développer son utilisation dans des zones stratégiquement importantes - la mer Baltique, la mer de Barents, la mer Noire et la Méditerranée. Ils assurent le contrôle de la mer et de l'espace aérien. Des navires avec des missiles de croisière « Calibre », des systèmes de missiles côtiers modernes « Bastion » et des systèmes de défense aérienne S-400 composent la base des groupements.

La défense aérienne et spatiale du pays est amenée à une nouvelle étape. Les Forces aérospatiales, créées en 2015 à la suite de l'unification de l'Armée de l'air et des Forces spatiales, constituent une base.

Dans le cadre du développement des Forces aérospatiales, l'une des orientations prioritaires était l'amélioration du système d'alerte aux attaques de missiles. À partir de 2012, des stations radar modernes à haute capacité de la production du type « Voronej » sont mises en service. De plus on effectue la modernisation des stations existantes « Daryal », « Dnepr » et « Volga ».

Toutes les directions de l'espace aérien stratégique permettent la détection des missiles balistiques sur toute trajectoire de vol.

Au cours de la période de cinq ans, une augmentation du groupe orbital a été fournie. On a lancé 55 vaisseaux spatiaux militaires. Un nouveau complexe de missiles spatiaux « Angara » a été créé.

Le groupement d'engins spatiaux permet à la direction politico-militaire de l'État et aux organes de commandement et de contrôle militaires de transférer rapidement des informations de reconnaissance et de navigation.

À partir de 2013 les unités d'aviation et les unités militaires reçoivent chaque année plus de 200 avions modernes, tels que l'avion opérationnel-tactique Su-30SM, Su-34, Su-35S, MiG-31BM, hélicoptères de combat Ka-52, Mi-28N et autres. En conséquence, 12 régiments d'aviation, 3 brigades et 6 régiments d'aviation de l'armée ont été rééquipés.

Aujourd'hui, l'aviation opérationnelle-tactique peut être utilisée 24 heures sur 24 dans des conditions météorologiques difficiles, ainsi que lorsque l'ennemi utilise activement les systèmes de la défense aérienne.

16 régiments d'arme antiaérienne ont été rééquipés avec le système d'arme d'artillerie surface-air S-400.

19 divisions, équipé de missiles anti-aériens et du complexe de tir « Pantsir-S » ont été formées. Ce complexe est capable d'attaquer tous les types d'armes d'attaque aérienne, y compris les drones.

Plus 130 stations radar modernes ont été livrées dans les divisions de guerre électronique. Ces stations assurent la détection des moyens d'attaque aérienne à basse altitude.

En général, la part des armes modernes dans les Forces aérospatiales représente 72,8%. Dans le même temps, il représente 72% dans l'Armée de l'air, 68% dans les Troupes de défense antiaérienne et protection antimissile et 81% dans les troupes spatiales.

Les capacités du système de reconnaissance et de surveillance de l'espace aérien, ainsi que les capacités de tir du système de défense antiaérienne et protection antimissile ont augmenté d'une fois et demie.

Au cours de la dernière période, la situation avec l'équipement d'armes modernes de la Marine s'est stabilisée.

La Marine a reçu plus de 150 navires, y compris plus de 60 navires de guerre, dont 15 porteurs des fusées « Calibre » de haute précision.

L’aviation navale a reçu plus de 60 avions. 13 complexes côtiers « Bal » et « Bastion », qui sont capables de frapper des cibles maritimes et terrestres, ont été livrés dans les forces de la flotte côtière.

La composition de combat de la Marine a été reconstituée avec des navires de surface polyvalents - des corvettes et des frégates, qui sont capables de frapper des cibles terrestres et maritimes.

Le commandement opérationnel dans la zone de la mer, qui assure la gestion des navires qui effectuent des tâches dans la mer Méditerranée, a été formé.

En général, la part des armes modernes de la Marine représente 53%, et ses capacités de combat ont augmenté de 30%.

Le développement de l'armée de terre a atteint un nouveau niveau.

Les achats d'armes et de matériel militaire, le volume et la modernisation de l’armement ont augmenté.

En même temps, les brigades et les régiments ont reçu les systèmes d'artillerie, de défense aérienne, de reconnaissance et de contrôle pour les unités motorisées et blindées.

3000 unités des chars et des véhicules de combat blindés ont été livrées dans les unités de l'Armée de terre. Dix brigades ont reçu le nouveau complexe opérationnel-tactique « Iskander-M », capable de lancer des missiles balistiques et des missiles de croisière.

Une brigade d'artillerie, 14 bataillons, 4 batteries de l'artillerie à réaction ont reçu les systèmes d'artillerie modernisés (« Msta-SM », « Tornado-G »). L'Armée de l'air a reçu 1 200 systèmes de missiles antiaériens.

Au total, les Forces terrestres ont reçus plus de 10 000 d'armes et d'équipements modernes.

On accomplit et unifie le développement d'armes sur les plates-formes unifiées « Armata », « Kurganets », « Boumerang », les obusiers automoteurs « Coalition-SV ».

L’équipement de combat « Ratnik-2 » a été développé et fourni aux troupes. Cet équipement assure un niveau élevé de la protection du personnel. 35 formations interarmes ont déjà reçu cet équipement. De plus, on effectue le développement de l’équipement « Ratnik-3 » avec des caractéristiques de protection améliorées.

La disponibilité des équipements dans les forces terrestres représente 98%. Plus de 33 mille unités de l'équipement (33 489 unités) ont été réparés sur des bases de stockage.

En général, la part des armes modernes de l'armée de terre est passée de 15 à 44,7%. Les capacités de combat des troupes ont augmenté de 45%, la capacité de survie des unités représente 30%, et leurs capacités de manœuvre ont a été multiplié par 1,5.

Les capacités de combat des groupements dans les zones stratégiques ont considérablement augmenté.

En 2014, le Commandement stratégique de la Flotte du Nord a été créé. Une brigade motorisée de l'Arctique a été créée.

 Pendant cinq ans, la Flotte du Nord a reçu 23 navires, y compris « Yury Dolgorukiy », le sous-marin nucléaire polyvalent « Severodvinsk ». Le croiseur lance-missiles « Marshal Ustinov » a été modernisé. On effectue la modernisation du croiseur lourd à propulsion nucléaire, « Admiral Nakhimov ». Trois systèmes de missiles « Bal » et « Bastion » ont été livrés dans les Forces côtières.

Dans la région arctique, on assure la construction et la reconstruction d'aérodromes militaires sur l'archipel Franz Josef, les îles de Nouvelle-Sibérie et le cap Schmidt près de la ville d'Anadyr.

La création d'un groupement des troupes dans l'Arctique a permis de rétablir la présence de la Fédération de Russie dans des zones stratégiquement importantes de l'océan Arctique et d'assurer la sécurité de l'activité économique dans la région.

Les capacités de combat des Régions militaires ont été augmentées. Les commandants de la Force aérienne et de la Défense aérienne ont été transformés en Armée de l'air et de la défense aérienne. 185 avions et hélicoptères ont été livrés à l'armée de l'air et aux Troupes de défense antiaérienne et protection antimissile

La Flotte de la Baltique a reçu 19 navires de combat, y compris la corvette « Stoïky », les petites navire lance-engins « Zeleni Dol » et « Serpoukhov », équipées du système de missiles « Calibre ». Un corps d'armée a été formé dans la région spéciale de Kaliningrad. Les troupes côtières de la flotte ont reçu des systèmes de missiles « Bal » et « Bastion ».

Dans la Région militaire Sud, une armée interarmes, deux divisions motorisés, une brigade de fusées et une brigade d'aviation de l'armée ont été créées.

L'armée de l'Air Force et les Troupes de défense antiaérienne et protection antimissile ont reçu 226 avions de combat et hélicoptères modernisés.

Un groupe de troupes autonomes a été créé en Crimée, y compris une base navale, un corps d'armée, une division aérienne et une division de la défense aérienne.

La Flotte de la mer Noire a reçu six sous-marins, les frégates « Admiral Grigorovich », « Admiral Essen », équipés par des missiles de croisière « Caliber » et des systèmes de missiles côtiers « Bal » et « Bastion ».

Le groupement de la Flottille de la Caspienne est renforcé par le navire « Dagestan » et trois petits navires équipés de « Calibre ».

Une division blindée, 2 divisions motorisés et une brigade de missile antiaérien ont été créés dans la région militaire Centre.

 Le corps d'armée, les brigades de missile antiaérien, d'artillerie et une brigade de l'aviation ont été créés dans la Région militaire Est.

Les complexes de missiles « Iskander-M » ont été livrés dans les quatre brigades de missiles de la région.

L'armée de l'Air Force et les Troupes de défense antiaérienne et protection antimissile ont reçu 289 avions et hélicoptères.

La flotte du Pacifique a reçu 23 navires, y compris les navires « Vladimir Monomakh » et « Alexander Nevsky », la corvette « Soverchennii ». Les forces côtières de la flotte ont reçu quatre systèmes de missiles « Ball » et « Bastion ».

Les Troupes aéroportées se développent comme une base des troupes de réaction rapide, qui sont capables de se regrouper rapidement et se déployer dans n'importe quelle direction stratégique.

Les forces aéroportées ont reçu 497 nouveaux véhicules de combat et systèmes d'artillerie automoteurs, ainsi que de nouveaux systèmes d'atterrissage en parachute.

En conséquence, la croissance des capacités de combat des Forces aéroportées représente 30%.

L’aviation téléguidée a progressé notablement dans le domaine du développement qualitatif en peu de temps.

En 2012, les Forces Armées avait une faible quantité de complexes démodés, capables principalement d'effectuer les tâches de reconnaissance aérienne seulement au cours de la journée et en profondeur de 10 km.

Au cours des 5 ans 38 unités et détachements sont formés. Plus de 1800 véhicules aériens sans pilote modernes, ce qui a permis de mener les activités de reconnaissance en profondeur de 500 km, et les appliquer efficacement dans l'intérêt de la guerre électronique, de l’exécution des liaisons et transmissions, le de la défaite par le feu dans la composition des contours de reconnaissance et de choc et de reconnaissance et de feu étaient livré pour leur équipement.

La capacité du groupe de l'aviation téléguidée dans le domaine de la reconnaissance a augmenté en 15 fois.

Mais surtout, les capacités de combat et l'efficacité de l'application des unités interarmées, de l'artillerie, de l'aviation opérationnelle et tactique dans l'intérêt de qui les 1800 véhicules aériens sans pilote effectuent les tâches, ont considérablement augmenté.

Les caractéristiques des performances des véhicules aériens sans pilote russes s'améliorent. Le développement de prospective complexe, capable d'effectuer les tâches en profondeur de 3 000 km se termine.

Une attention particulière est accordée au développement de points de contrôle terrains mobiles. Les équipements par les nouveaux complexes automatisés mobiles ont amélioré leur mobilité, ainsi que leur réactivité et la durabilité de la gestion des troupes dans le cadre de la conduite des combats.

Le degré de disponibilité des points de contrôle par les moyens modernes d'automatisation a augmenté de 31% en 2012 à 60% à l'heure actuelle.

L’élaboration d'un système unifié automatisé de gestion des troupes et des armes dans l’échelon tactique est terminée. Ce système assure l'automatisation du processus de collecte et d'analyse des informations sur l'environnement, la planification de combat, l'établir des missions, la gestion de la défaite par le feu de l'ennemi, le soutien logistique et de l'arrière. Son efficacité est confirmée aux exercices « Caucase-2016 » et «Zapad-2017».

Les lots de système de la commande unifié de l’échelon tactique commenceront à parvenir aux formations fusilier-motocyclistes et blindées depuis 2018

Le niveau d'équipement des Forces armées de moyens modernes et de technique de télécommunication a amélioré.

4000 unités de technique de télécommunication, y compris les radiostations numériques, les véhicules d’état-major, les salles d'appareils du centre de liaison de terrain possédant une capacité de transmission élevée de la diffusion d'informations en régimes antibrouilleurs et chiffrés ont été livrés pour la chaîne de commandement opérationnelle et stratégique.

Plus de 49000 de moyens de télécommunication ont été livrés à l’échelon tactique, parmi lesquels les radiostations de sixième génération «Azart», les stations hertziennes et troposphériques numériques capables de fournir la communication stable dans les conditions de brouillage par l’ennemi conditionnel.

Le degré d'équipement des forces par les moyens modernes a augmenté de 38% en 2012 à 58% d’aujourd’hui. Ils sont appliqués avec succès dans des conditions climatiques différentes, y compris dans l’Arctique et en latitudes Sud.

Au cours des cinq dernières années, le système moderne et équilibré d’armement des forces de guerre électronique, regroupant les composants terrestres, aériens et marins, a été créé. Lors de l’élaboration, le principe de développement devancé des moyens de guerre électronique relativement aux moyens radioélectroniques des forces armées des grandes puissances, a servi comme la base.

19 armes de guerre électronique les plus modernes été livrées à l'armée, y compris en porteurs aériens. L’augmentation des leurs capacités techniques a été effectuée grâce à l’amélioration des caractéristiques d’équipement. Cela a permis d’élargir considérablement la nomenclature des moyens radioélectroniques rasés, ainsi que d’allonger la portée de brouillage en 3,5 fois.

Par exemple, les complexes de guerre électronique avec les systèmes de tir («Krasukha») sont capables de garantir la protection des forces et des objets d’infrastructure militaire et civile contre les moyens de guidage des munitions guidées avec précision, et les complexes de guerre électronique en véhicules aériens sans pilote sont capables de bloquer entièrement la radiocommunication en rayon de 100 km.

Les complexes de guerre électronique contre les moyens aérocosmiques, les systèmes de navigation et de radiocommunication numérique ont produit de bons résultats.

Au total, les forces de guerre électronique ont reçu plus de 2000 de complexes de nouvelle génération, en conséquence, le degré d'équipement par les modèles modernes avait atteint 79%.

On a continué d'améliorer le système de soutien topogéodésique des forces. Au cours des dernières années, les cartes électroniques sont largement introduites dans les troupes.

Grâce à la modernisation de systèmes d'information géographique, la disponibilité des cartes topographiques électroniques des forces a augmenté jusqu'à 60%, et les délais de créer des modèles 3D de terrain ont diminué en 2 fois.

Avec le développement de la composante de combat des Forces Armées, le système de leur appui logistique est modernisé.

Au cours des 5 ans, dans la composition des contingents des régions militaires il y a été mis en place : deux régiments de dépannage franches (la Région militaire Ouest – 1, la Région militaire Sud – 1), cinq bases techniques de missiles (la Région militaire Ouest – 2, la Région militaire Sud – 1, la Région militaire Center – 1, la Région militaire Est – 1). Dans les brigades de l’appui logistique il y a été créé les bataillons de pont et les bataillons de tracteurs à roues lourds multi-axe. Plus de 25 mille modèles de la nouvelle technique autoblindée et plus de 4 mille d'armement de missiles et d'artillerie ont été mises en service. En conséquence, la part des pièces modernes a augmenté de 15% à 50%, le bon fonctionnement a atteint 98%.

Cela a permis d'améliorer la capacité de transport et de maintenance de routine des missiles à 1,5 fois, l'évacuation et la réparation des appareils – à 1,2 fois, ainsi que d'assurer la maniabilité des troupes grâce à la restauration et la construction de ponts par les divisions spécialisée d’appui logistique.

Le regroupement des navires de la marine auxiliaire s'est enrichi de 60 véhicules flottants modernes des fins diverses, y compris des pontons grues de charge utile jusqu'à 150 tonnes, des cargos universels et d'autres moyens de transport de l'eau. La possibilité de la marine auxiliaire a augmenté à 1,4 fois.

Les changements importants ont eu lieu dans le complexe scientifique et militaire. Pour l’élaboration des décisions scientifique aux défis que connaissent les Forces Armées, à partir de 2012, 8 instituts de recherche et 10 grandes unités de recherche au sein des académies et des écoles militaires sont créés.

Les comités militaro-scientifiques et techniques et scientifiques ont été créés dans les organes de commandement pour la gestion de la recherche scientifique.

Depuis 2013, 12 compagnies scientifiques ont été formées dans le cadre des instituts de recherche et des académies militaires.

Les militaires de ces détachements ont participé à l'exécution de plus de 500 travaux de recherche visant à renforcer la capacité de combat des Forces Armées.

A partir de 2013, les inspections inopinées se déroulent afin d'évaluer l’aptitude réelle des organes de commandement, des formations et des unités militaires d'accomplir les tâches de destination.

Au total, depuis cinq ans sur instruction du Commandant Suprême, Ministre de la Défense et d'état-major, 24 inspections inopinées à grande échelle de la préparation des organes de commandement, des troupes et des forces aux actions de la destination ont été menées. Les mêmes inspections sont effectuées sous la direction des commandants des différentes armes et des commandants des troupes des régions militaires.

En général, l'organisation d'inspections inopinées permet d'évaluer objectivement l'état réel de commandement et de leurs forces, de leur état de préparation à l'accomplissement des tâches de la destination, et contribue aussi à l’amélioration des compétences du terrain, de l'air et de la marine.

Compte tenu de la mise en œuvre des inspections inopinées, l'intensité de la préparation de combat et opérationnelle a fortement augmenté. Si en 2012, 635 activités de préparation opérationnelle ont eu lieu, en 2017 – leur nombre a dépassé 800 que près de 30% de plus.

La pratique du rassemblement opérationnel avec l'équipe de commandement des Forces Armées a rétabli. Pendant les rassemblements les nouvelles approches de la formation des troupes, de la conduite de combat sont portées, les problèmes et leurs solutions sont discutés.

L’aptitude des organes de gestion et des forces aux actions dans la composition des groupes, crées sur les orientations stratégiques, est évaluée selon les résultats des exercices stratégiques annuels. L’exercice de cette année «Zapad-2017» a montré l'augmentation du niveau de formation des états-majors et des troupes, de leur volonté de repousser l'agression.

Le principe de base de l'entraînement est devenu le principe de la contradiction. Elle a reçu le développement en 2013 avec la tenue, à l'initiative du Ministre de la défense, du premier « biathlon blindé ».

Chaque année, le nombre de types de compétitions et des pays participants s'étend. Cette année, le nombre de concours a atteint 28, et le nombre des états participants est passé de 4 à 28.

Les éléments de compétition misent en place à tous les stades de la formation des troupes, allant des compétitions entre les militaires, les équipages, les pièces et jusqu'aux unités. La motivation principale est d'attirer les gagnants à participation aux Compétitions Inter-armées et aux jeux Militaires internationales.

Depuis l'année dernière, on a introduit les nouvelles approches de compétition sur l’apprentissage de terrain des unités. Dans leur contenu, les actions défensives et offensives, les questions de gestion du feu et de la division dans les différents types d’actions tactiques de jour et de nuit sont prévues.

Au cours des trois dernières années, les Compétitions Inter-armées et les jeux Militaires internationales sont devenus un moyen efficace de relever les défis de l'amélioration des compétences de combat des forces et de la formation des militaires.

À partir de cette année, à l'issue de la formation au cours de la période scolaire, les formations, les unités militaires et les détachements les plus rupinés, qui sont été attribué un honorable nom «de choc» – la compagnie de choc, le bataillon de choc, le régiment de choc, la brigade de choc, la division de choc – sont déterminés

Pour obtenir ce titre, l’unité doit être évalué à «excellent» sur les fondamentals sujets de la préparation, était complétée par le personnel, était fournie de l'armement et de matériel militaire en bon état de fonctionnement. Mais surtout, c’est une équipe de combat cohérente avec un esprit moral élevé, prête à accomplir des missions de combat. Le titre «de choc» est attribué par l’ordre du Ministre de la Défense à l’issue des inspections de contrôle des commissions de commandement centrales.

Selon les résultats des inspections de contrôle de la période d'été, 265 formations militaires revendiquent d'être appelé «de choc».

La croissance des capacités de combat des Forces Armées au cours des cinq dernières années a permis d’élargir considérablement l'ampleur de la présence militaire de la Fédération de Russie dans les régions du monde stratégiquement importantes.

Au cours de 5 ans, les avions de l’aviation à l’action éloignée ont accompli 178 vols sur la police aérienne dans les eaux de la mer Norvège, de la Mer du Nord, de la Mer Noir, de la Mer Japonais et de la Mer Jaune, dans l'ouest du Pacifique et dans le nord-est de l'Atlantique, ainsi que dans l'Arctique.

Si l'on compare les indicateurs obtenus similaires avec le temps de l'URSS, l'intensité de vols de l'aviation à l’action éloignée est maintenue au même niveau. Ce faisant les heures de vol en un équipage des lanceurs d'engins stratégiques Tu-160 et Tu-95ms a augmenté de 10% dans une année.

L’intensité des expéditions des navires de la Marine dans les zones de l'océan importantes a augmenté. En 5 ans, 672 expéditions se sont déroulées, dont 36 dans la zone Arctique et 22 pour les missions de services dans les régions de piraterie. En 2017, leur nombre a atteint le nombre maximal – 139 expéditions.

Lors de l'exécution de tâches de service de combat, plus de 650 visites et les escales portuaires des états étrangers ont été effectués. Les exercices conjoints avec les navires de la Marine des états étrangers ont lieu chaque année.

Les changements qualitatifs, intervenus au cours des 5 dernières années, ont permis de résoudre la tâche d’assistance au peuple Syrien dans sa lutte contre des organisations terroristes internationales.

En République Arabe Syrienne, nous avons rencontré avec l'adversaire disposé.

Les formations de combat des terroristes étaient bien équipées par l'armement et l'équipement militaire. Il y avait à leur disposition environ 1500 chars et des véhicules blindés, plus de 1200 canons et de mortiers, capturés des forces gouvernementales de la Syrie et de l'Irak. Il n’y avait pas une pénurie des stocks de munitions et de matériels qui s’enrichissaient constamment de l'étranger.

Leurs équipes ont reçu une formation dans les camps spéciaux, sous la direction des instructeurs occidentaux, ils ont agi avec les conseillers militaires des pays du Moyen-Orient, Europe de l'Ouest et des Etats-Unis. Dans certains cas, les officiers des détachements spécialisés de ces pays ont directement conduit les groupes armés illégaux.

Au niveau de la cohésion et de la formation des terroristes ne cédaient pas aux unités des forces gouvernementales en Syrie, ils ont agi tactiquement intelligemment et non conventionnellement, en particulier dans les zones urbaines. En effet, chaque localité était une région fortifiée avec un système de feu, des constructions en béton, d’un système des barrages de génie et des communications souterraines développés.

Au lancement de l'opération les groupements terroristes contrôlaient plus de 70% du territoire de la Syrie et ont continué à marcher dans toutes les directions.

En deux ans de l'engagement de nos Forces dans le combat on a réussi à renverser la situation en faveur des troupes gouvernementales, et aussi à vaincre les grandes bandes armées sur les directions importantes, à libérer les ville clefs et à débloquer la communication principale. Au total, plus de 1000 localités ont été libérées, plus de 54 mille de combattants des groupes armés illégaux (dont plus de 2 800 personnes originaires de la Fédération de Russie et de 1400 de l’étranger proche) ont été détruit.

La mise en place de l’appui logistique a contribué au succès de l'opération. La livraison de matériels par l'aviation et par le transport maritime dans a été organisée un court délai. L’infrastructure moderne militaire et civile a été créé à l'aérodrome de Hmeimim et au point logistique à Tartous. Elle assurait la continuité de l'approvisionnement des moyens aériens de la défaite, le rechargement et le soutien des avions, le maintien des conditions de vie de nos soldats conforte. Cela a permis aux pilotes de faire 2-3 départ, et à tout groupement de l'aviation de la Fédération de Russie– jusqu'à 100 et plus de départs par jour, ce qui, à son tour, a contribué à la continuité des actions de combat.

Au cours de l'opération presque tous les modelés de l'armement nationaux et de la technique militaire ont été testés dans les conditions de combat. Aux objets de terroristes on était testé les missiles de croisière maritime et aérien, les avions et les hélicoptères les plus modernes, les moyens de la défaite modernes, les systèmes de renseignement et de ciblage, ainsi que d'autres systèmes d'armes. L'utilisation vaste des moyens de renseignement et de choc sur la base des complexes de reconnaissance, de gestion et de communication, a permis de mettre en œuvre le principe «une cible – une bombe».

La destruction par les feux de l'ennemi a été menée par principe des zones.

Dans une zone éloignée de la défaite, dans un rayon de quatre mille kilomètres, les missiles de croisière à longue portée maritimes «Calibre» et aéroportés X-101, les bombardiers Tu-22 m3 ont été sûrement appliqués.

Dans une zone moyenne de la défaite (jusqu'à 500 km), les bombardiers Su-24 et les chasseurs Su-33, équipées du sous-système de calcul spécial (GSR-24, «Gefest»), ont frappé les cibles avec une précision comparable à l'application des armes de précision.

Dans une zone proche de la destruction par les feux le contour de renseignement et de choc dans le cadre du complexe de reconnaissance, de gestion et de communication «Strelets» et bombardier Su-24M ont été largement utilisé.

Les contours de renseignement et de choc des troupes de missiles et de l’artillerie, de l’aviation de l’armée ont été aussi formés et ont passé la validation avec le succès. Ils sont capables d'assurer la défaite des objets dans une échelle de temps proche de réel.

Les complexes aériens sur la base d'avions Su-34, Su-30SM et Su-35, les hélicoptères Mi-28N et Ka-52, les systèmes antiaériens S-400 «Pantsir-S», les chars T-90 et T-72Б3, les complexes de guerre électronique de nouvelle génération ont bien performé. Les systèmes réactifs de feu de salve, les complexes «Cornet» et d'autres modèles de la technique militaire ont obtenu les bons résultats.

Le travail de combat en Syrie a prouvé que l'armement et la technique russes sont parmi les meilleurs dans le monde. Ils sont faciles à en fonctionnement, ils sont fiables et ils ont des capacités de combat les plus élevés, par rapport avec leurs analogues étrangers. Grâce à ces qualités, beaucoup de pays aujourd'hui ont fait le choix de l'arme russe.

Un grand nombre d'officiers des Forces Armées ont reçu l'expérience de combat. Tous les commandants des troupes des régions militaires, des armées interarmées et des armées des forces aériennes et de défense aérienne, presque tous les commandants des divisions et plus de la moitié des commandants des brigades et des régiments interarmées ont passé à travers le regroupement des troupes avec leurs équipes d'état-major. Ils ont reçu le pratique de combat sur la gestion des troupes, de l'organisation des interactions interarmées, et l'application intégrée des moyens de reconnaissance, de la gestion et de la défaite par le feu.

Presque tous personnel navigant de l’aviation opérationnel et tactique et de l'armée a acquis l’expérience de combat.

Les équipages de navires de surface et sous-marins porteurs des armes de précision ont également reçu les compétences du travail de combat.

Les missions de combats avec les coups aux objets pour la première fois dans l'histoire de la Russie résolvaient par les avions de la composition des navires du groupe de l'aviation embarquée de la Flotte du Nord. Pour ce faire, il a été effectué l’équipement des chasseurs embarqués Mig-29k et le Su-33 par une nouvelle complexe d’observation et de navigation, assurant le bombardement des cibles terrestres. 420 départs (dont 117 la nuit) ont été effectués. 229 personnes parmi le personnel navigant et de génie ont reçu l'expérience de combat.

Les sapeurs du Centre International d'action contre les mines russes ont déminé, plus de 6 mille d'hectares, 17 mille de bâtiments et de 1400 kilomètres de routes. Ils ont déminé plus de 100 mille de munitions explosives.

La mise en œuvre de l'expérience de combat, non seulement en Syrie, mais obtenu dans d'autres guerres et les conflits armés est importante dans la formation des troupes et des organes de gestion. Le travail permanent sur l'amélioration des documents réglementaires sur la base de l'analyse de la nature moderne de confrontation armée, de la comptabilité de l'expérience de combat de l'utilisation de nouveaux types d'armes se déroule.

L’expérience de combat, reçu en Syrie, a intensifié le développement et la maîtrise des nouvelles formes d'application des Forces Armées, des moyens de mener les opérations et les combats.

Tout d'abord, cela concerne l'application des armes de précision. Large d'équipements des forces par les complexes des armes de haute précision à longue portée, l'augmentation de la portée et de la précision de la défaite par le feu a permis de modifier les approches de la modération de l'adversaire du déclenchement une agression contre la Fédération de Russie. En outre, une application des armes de haute précision est devenu une partie intégrante de toutes les opérations des Forces Armées.

Sur le niveau tactique les moyens de la défaite par le feu éloigné de l'ennemi, la conduite des combats avec l'application des contours de reconnaissance et de choc et de reconnaissance et de feu sont familiarisés et développés dans les troupes.

Dans une grande partie les progrès accomplis par les troupes gouvernementales de la Syrie sont devenus possibles grâce à nos officiers, qui ont agi en tant que conseillers militaires. Le 5me corpus de volontaires et d'assaut, qui en collaboration avec les groupes armés de la levée en masse du général Hassan Suhela, a joué un rôle décisif dans la défaite de détachements de l’EI ont été formé et ont été préparé grâce aux efforts de nos officiers.

Les tâches essentielles dans toutes les grandes batailles de ces deux dernières années ont été accomplies par les troupes sous la direction du général de brigade Hassan Suhela – à partir de la libération de l'aérodrome de Kuweires, puis les villes de Palmyre, Alep, Hama, Deir ez-Zor, Mayadine, la vallée de la rivière de l'Euphrate. Bien sûr, toutes les activités ont été gérées avec le soutien de notre aviation et d'autres moyens de la défaite par le feu.

À l'heure actuelle les principales forces de l’EI sont détruites, il reste peu de leur défaite finale. Le passage au règlement politique de la situation en Syrie se déroule. Beaucoup a été fait dans cette direction par les officiers de l'armée russe du Centre de la réconciliation des parties en conflit. Les zones de désescalade et de deconflictation, sur les frontières de lesquelles notre police militaire porte le service. Un grand nombre de habitants voient eux comme le principal garant du respect du cessez-le-feu et de la guerre en général. Aujourd'hui, toutes les conditions sont créées pour une solution politique du conflit. À cet égard, le futur Congrès du dialogue national de Syrie sera important.

Au cours des combats en République Arabe Syrienne, nos Forces Armées ont montré qu'ils ont gardé les meilleures traditions de l'armée russe et soviétique et en droit sont les héritiers de leurs exploits et les victoires. Les officiers, les sergents et les soldats des forces en Syrie, lors de l'accomplissement des tâches, ont massivement montré un courage et une détermination, leur dévouement et bravoure, une virilité et l'héroïsme. Chaque quatrième soldat a reçu la médaille d'état.

Je voudrais souligner en particulier, que le personnel du groupement pour l'exécution des tâches en Syrie n'est pas spécialement sélectionné, n’a pas de formation supplémentaire, et se dirigeait sur la rotation dans l'ordre de leur fonction. En fait, il représente une « tranche » de notre Armée et de la Flotte. On peut donc raisonnablement dire que les qualités de combat du guerrier vainqueur sont inhérentes à tous les soldats de l'Armée Russe.

La maîtrise militaire démontrée par les officiers et les soldats ont été développée dans le cadre des cours, des expéditions et des vols planifiés, elle a été affinée par les entraînements et les exercices.

Tout au long de l'opération en Syrie l’expérience d’application professionnel de l’armement moderne, le plus haut niveau de la maîtrise tactique et le moral solide des officiers et des soldats de l'armée russe leur ont permis de résoudre les problèmes complexes et difficiles en petites forces, qu'une fois de plus confirmé l'avantage de l'école militaire et de la science militaire russes.

Le mérite particulier en revient aux officiers des Forces Armées. Une pléiade de chefs de l'armée avec la pensée créatrice est émergée. Telles qualités d'avant étaient inhérentes des généraux nationaux. Les commandants du groupement, colonels généraux Dvornikov A.V., Kartapolov A.V., Zhuravlev A.A., Surovikin S.V., les chefs d'état-major – lieutenants généraux – Lapin A.P., Ustinov E.A. et Chaiko A.Y., les conseillers militaires, généraux de division, Zhidko G.V., Ivanaev A.S., Muradov R.U., Ryjkov S.B. et autres – ont agi le plus habilement et non conventionnellement.

En général, le corpus d’officiers des Forces Armées se caractérise par un haut niveau de formation. Aujourd'hui, 95% des fonctionnaires de commandement des associations des échelons stratégiques et opérationnels sont diplômés de l'Académie Militaire de l'Etat-major.

Les commandants des unités militaires ont terminé les Académies des différentes forces. Toute jeune corps des officiers a fait des études supérieures.

Ce faisant, l'âge moyen des commandants de régiments et de formations est 38 ans. La plupart des commandants se distinguent par l’esprit d'initiative, le dynamisme et la détermination lors de l'atteinte des objectifs. Ils constituent la carcasse de nos Forces Armées.

Le principal résultat de la transformation de l'Armée et de la Flotte – les régiments combatifs, les brigades et les divisions, équipées par les nouvelles armes et technique militaire, la cohérence des organes de commandement, le personnel préparé, les officiers ayant son expérience de combat, et enfin, le moral haut, la volonté d'accomplir sa mission.

Les forces stratégiques de ralentissement sont garantis le soutien le freinage du déclenchement de l'agression contre la Fédération de Russie et contre ses alliés.

Les groupements interforces autosuffisants polyvalents, capables de résoudre avec succès les tâches dans les conflits armés, sont formés sur chaque axe stratégique.

L’élan de la construction des Forces Armées imprimé sera enregistré. Cela permettra accomplir tous les tâches des Forces Armées pour renforcer leur puissance de combat à 2021.

Il faut porter le degré d'équipement de l'armement et de la technique modernes de à un niveau pas moins 70%, le bon fonctionnement – pas moins 90%.

Il faut maintenir les stocks de missiles, de munitions et de matériels selon les normes établies.

Il faut maintenir l’intensité des activités d'amélioration de la qualité atteinte dans la formation des organes de gestion et des troupes.

Il faut maintenir le niveau nécessaire de la préparation morale et psychologique du personnel à la réalisation de ses objectifs.

Cela permettra de fournir de manière fiable la sécurité militaire de la Fédération de Russie et de défendre les intérêts nationaux dans les régions du monde stratégiquement importants pour la Russie.

Tags:
Sessions du Conseil du Ministère de la Défense
1 2 3 4 5
-Not voted-
Estimer l’information sur cette page
Post cette histoire à LiveJournal Post cette histoire à twitter Post cette histoire à ВКонтакте Post cette histoire à FaceBook
ServerCode=node2 isCompatibilityMode=false